Vos achats

Votre panier est vide !

Vous n'étes pas identifié

Connexion
  

Newsletter

Envoyer

Sélection thématique : Notre petit Angoulême à nous

La bande dessinée, le roman-graphique, le manga, le manhwa ou manhua ont longtemps été considérés comme des sous-genre de la littérature, voire pas de la littérature tout court. Et pourtant...au travers du texte couplé aux images, la possibilité de transmettre des sentiments, des messages en tout genre est infinie.

C'est pourquoi, alors que le festival d'Angoulême qui foisonne chaque année de pépites et de nouveautés fascinantes, touche à sa fin, nous avons choisi de mettre en lumière quelques ouvrages appartenant à ce neuvième art.

Commençons en douceur avec La Balade de Yaya, bande dessinée jeunesse qui suit les aventures de la petite Yaya et de son ami Tuduo dans la tourmente de l'invasion japonaise en 1937. Idéale pour les jeunes, mais pas que, elle aborde des sujets historiques à travers les yeux de cette petite fille des plus attachantes !
Toujours dans la bande dessinée jeunesse, la série en trois tomes Le Sixième Dalaï-Lama vous emportera au Tibet, sur les traces du mythiques Lobsang Rinchen, seul dalaï-lamai qui refusera la vie de moine ordonnée. Les dessins tout en couleur et d'une grande sensibilité de ZHAO Ze sont absolument sublimes et donnent à l'œuvre une atmosphère presque onirique, un véritable régal pour des yeux d'enfants.

Pour un public peut-être un peu plus adolescent, la duologie Retour aux sources est à conseiller. Une série pour découvrir Taïwan accompagnée d'une petite histoire d'amour assez légère, ces deux tomes seront peut-être un peu vite terminés !

S'ensuit ensuite une très belle mise en image des différentes générations d'immigrés chinois en France avec Made in France dans laquelle Brigitte Tchao raconte sa jeunesse en tant que petite fille chinoise dans les années 60 en France. Les dessins tout en rondeur de Christel Han donne vie à ce récit de la plus belle manière à l'aide de jeux de couleurs autour du bleu, du blanc et du rouge...! (A découvrir également, notre dossier sur la diaspora chinoise en France.)A lire aussi Banana Girl qui interroge les mêmes problématiques dans un contexte plus récent.

Pour finir avec la bande dessinée plutôt jeunesse, passage obligatoire par les terres du Roi des singes illustré et scénarisé par Chaiko ! Les illustrations rappellent fortement la peinture chinoise traditionnelle et vont à merveille avec ce grand classique. Série prévue en 4 tomes, le volume 2 est prévu pour avril 2020. Vous avez encore le temps de mettre la main sur le tome 1 !

Quittons les contrées aventureuses et fantastiques de l'enfance pour rejoindre celles plus sérieuses de l'âge adulte...enfin...est-ce vraiment si sérieux ? Avec Je préfèrerais ne pas, Justin Wong réussit avec beaucoup d'humour et d'autodérision une belle critique de la société actuelle et l'aliénation de la population à l'argent sacré.
Publié par la même maison d'édition que nous affectionnons particulièrement, Rue de l'échiquier, dirigez-vous ensuite vers Intraitable, cette série géniale, descente dans le monde de ceux qui se battent pour leurs droits en Corée du Sud. Cet ouvrage vous fera crisser des dents à maintes reprises mais vous donnera des envie de syndicalisation ! Le tome 2 arrive au mois de mars, ne perdez pas une seule seconde de plus pour vous procurer le premier volume !

Avec un pied en Corée, vous devez obligatoirement passer par Deux femmes, Mauvaises filles ou bien encore Mauvaises herbes. Trois bandes dessinées qui vous parleront des femmes actuellement, dans les années 80 et en temps de guerre...Trois récits bouleversants, chacun à leur manière.

Titre semblable mais sujet différent, Mauvaise herbe publié au Lézard Noir et écrit par le fameux Keigo Shinzo amateur de thèmes difficiles, plaira à celles et ceux qui apprécient les histoires de vie dans une société qui a du mal à accepter la souffance de sa population.
L'ensemble des publications du Lézard Noir sont d'ailleurs à découvrir absolument. On citera notamment l'émouvante, drôle et sociétale série La Cantine de Minuit.

Enfin, nous finirons par le tome 1 de Sengo, Retrouvailles, qui dépeint avec une grande justesse et une douce sensibilité le Japon de l'après-guerre et les stigmates et blessures indélébiles laissés par celle-ci. Des passages crus et parfois durs sont à noter mais qui n'entachent en rien la qualité de l'ouvrage, au contraire.