Vos achats

Votre panier est vide !

Vous n'étes pas identifié

Connexion
  

Newsletter

Envoyer
Parce que je déteste la Corée

Parce que je déteste la Corée

Titre Original

한국이 싫어서

Auteur

CHANG Kang-Myeong - 장강명

Traducteur

LIM Yeong-Hee


Editeur

Philippe Picquier

17,00 €

En stock Ajouter au panier

Paru le : 07 Septembre 2017
Pages : 176
EAN 13 : 9782809712766

Coup de coeur du libraire
Bienvenue dans "Hell Choseon"
"Qu'est-ce que je fous là ? Pourquoi diable suis-je venue au monde, si c'est pour être aussi malheureuse ? Est-ce que tout le monde a une existence aussi pourrie que la mienne ?"

Dans ce roman, bestseller en Corée du Sud, écrit par le jeune écrivain coréen et ancien journaliste Chang Kang-myoung, on découvre une société coréenne viciée pour les jeunes, ne leur offrant aucune perspective d'avenir heureux. La narratrice, Kyena, en interpelant le lecteur à de nombreuses reprises, nous entraîne avec elle dans une réflexion sur ce qu'est le bonheur et sur de nombreux problèmes sociaux présents en Corée du Sud. Souvent vu comme un paradis par les étrangers, ce pays se révèle en en réalité un véritable enfer (d'où l'expression très utilisée en Corée de "Hell Choseon", soit "l'Enfer coréen"). Kyena est persuadée qu'en restant en Corée du Sud, elle ne connaîtra jamais le bonheur. C'est pourquoi, elle décide de partir en Australie.

L'auteur illustre le "Hell Choseon" à travers les descriptions des réunions de Kyena avec ses anciennes camarades d'université, qui se plaignent constamment de la même chose en se soûlant en plein milieu d'après-midi. Ou bien encore lors de son voyage dans un métro plein à craquer durant lequel elle "sent son machin contre ses fesses pendant tout le trajet" tout en ayant "une affiche publicitaire juste devant ses yeux qui disaient : De jolies nez et de jolies seins sans douleur". De plus, la situation des travailleurs sud-est asiatiques, la situation des femmes, la situation de la couche inférieure sont également abordées tout au long de la lecture. L'héroïne parle de la discrimination qu'ils subissent.

Ainsi, à travers le ton sec et tranchant de son héroïne, l'auteur nous offre un portrait de la Corée du Sud bien différent de l'image que l'on a d'habitude.Et ça vaut le détour !

"On m'a demande pourquoi je n'aimais pas ma patrie. Mais tu sais, ma patrie ne m'aimait pas non plus. En vérité, je crois que mon pays se fichait royalement de mon existence.[...] Mon pays natal, la Corée du Sud, s'aime d'abord lui-même. Il chérit uniquement les membres de la société qui lui font honneur, comme la patineuse Kim Yuna ou l'entreprise Samsung. Et il colle une étiquette infamante sur ceux qui ternissent son image. Si je me retrouve dans la misère et que je ne suis plus en mesure d'accomplir mon devoir de citoyenne, il ne m'aidera pas, ce sera à moi de faire en sorte de ne pas entacher la gloire de ma patrie."

N'hésitez pas à aller lire l'interview avec CHANG Kang-Myeong pour une approche direct du livre par son auteur : ICI
Résumé
"Pourquoi j'ai décidé de partir ? En deux mots, c'est parce que je déteste la Corée. Je suis un peu comme un animal victime de la sélection naturelle. Tu sais, ces animaux qu'on voit souvent dans les documentaires sur la savane africaine, les gazelles Thomson, il y en a toujours une qui ne fait rien comme les autre et finit par se faire dévorer. Eh bien voilà, je suis un peu comme celle-là. C'est pour ça que j'ai quitté la Corée".

Kyena est une jeune femme indépendante, qui désire simplement trouver un équilibre et être heureuse. Mais impossible pour elle de se couler dans le moule trop étroit de l'ordre social coréen, où être femme et d'origine modeste est un double handicap. Aussi a-t-elle décidé d'émigrer en Australie. Mais tout ne se déroule pas exactement comme elle l'avait prévu...

Retrouvez l'interview de l'auteur à propos de son livre ICI

Un petit extrait :

"Pour moi qui ai 40 ans, ce n'est ni un paradis ni un enfer. J'aime mon pays. Mais les jeunes, eux, sont découragés, en colère et perdus. Ils ne voient plus la Corée comme une terre d'opportunité. Ils sont confrontés pour la première fois au chômage, à un marché du travail rigide où l'on a, d'un côté, des élites hyperprivilégiées et, de l'autre, des travailleurs irréguliers, mal payés et sans filet de protection sociale. Et comme le pays s'est développé à une allure fulgurante entre les années 60 et 80, le fossé générationnel entre les jeunes et leurs parents est particulièrement prononcé. Non seulement ils ont une situation plus précaire que leurs aînés, mais il y a un décalage assez dur à vivre, pour eux, entre ce qu'on leur fait miroiter pendant leurs études et la réalité de la société sud-coréenne. A l'école, on les encourage à devenir des leaders mondiaux, à apprendre l'anglais et à penser mondialement. Mais quand ils arrivent dans la vie active, ils se heurtent à une société encore très hiérarchisée, conservatrice et, à bien des égards, encore autoritaire..

> Voir tous les titres Dans notre sélection Romans en langue originale et leur traduction