Vos achats

Votre panier est vide !

Vous n'étes pas identifié

Connexion
  

Newsletter

Envoyer

Sélection thématique : Focus sur le "mauvais genre" au Japon

Les polars, les thrillers, la science-fiction et les romans érotiques sont souvent considérés comme appartenant au mauvais genre, un genre littéraire qui pour certains correspond à de la "sous-littérature". Outre le fait de s'interroger sur ce qui fait littérature, cette notion de "sous-littérature" ou de "mauvais genre" vaut le coup de s'y intéresser car ce genre est très populaire, aussi bien en France qu'au Japon.

Les chiffres de parution et de ventes d'ouvrages liés à ces différents genres ne cessent d'augmenter. Ces romans permettent souvent d'explorer des thématiques sociétales ou historiques via une intrigue policière ou futuriste, les divers mécanismes littéraires liés à ces genres impliquent très fortement le lecteur dans l'histoire. Au Japon, les ouvrages de ce genre sont très populaires et font partie des best-sellers. Nous allons donc explorer ensemble ce genre si particulier et passionnant.

Les polars
La saga écrite par Yuzuki Yuko est sans aucun doute une série très captivante et puissante ! Dans le premier tome, on y suit le lieutenant Hioka qui débarque à Hiroshima pour être affecté sous les ordres du commandant Ôgami. Ce dernier a une réputation bien établie parmi les différents services de police, il est borderline, très/trop proche des yakuzas, n'en fait qu'à sa tête et ses méthodes ne sont pas irréprochables. Hioka va donc travailler aux côtés de cet homme mystérieux, un peu distant. Il va vite se rendre compte que sa réputation n'est pas usurpée mais il va gratter petit à petit la carapace de ce commandant pour découvrir sa vraie personnalité et ses réelles intentions. Nos deux héros vont devoir empêcher une guerre de clans d'éclater. Il y a une ambiance de vieux films qui règne, l'action se passe dans les années 80 et nous avons vraiment l'impression de voir un film policier de ces années-là. Hioka est assez naïf, innocent et il débarque dans un monde rude et violent. Il va devoir tracer sa route et garder son intégrité, son sens de la justice face à ce monde féroce. Les personnages sont très bien travaillés, la dynamique du duo Hioka/Ôgami est géniale, on voit leur relation évoluer et petit à petit se transformer en une amitié profonde. Le tome 2 est tout aussi passionnant ! Nous attendons la gorge nouée le troisième tome qui sonnera la fin de cette série et qui s'annonce des plus émouvant.

Keigo Higashino est sans doute l'un des auteurs contemporains majeurs du polar japonais. Ses enquêtes sont toujours très originales et on ne s'attend jamais au dénouement de ses intrigues. Les doigts rouges est un roman glaçant. Un père rentre chez lui sur la demande urgente de sa femme, un malheur est arrivé. Quand il ouvre la porte tout lui semble calme, froid. Son regard se porte sur la baie vitrée, et il voit une petite chose allongée au sol recouverte d'un sac poubelle. Sa femme lui apprend que son fils, un adolescent, a tué une petite fille. L'engrenage se met en route, il doit tout faire pour protéger sa famille et son fils, ils entreprennent ensemble de brouiller les pistes. Culpabilité, impuissance, choc, froideur, lâcheté, ces émotions déferleront sur le père tout au long du roman. Et pendant ce temps, l'enquête avance. Higashino nous propose une véritable course contre la montre : pour trouver un criminel et pour dissimuler le crime de son fils. Une pépite ! Si vous avez aimé l'enquêteur Kaga Kyõichirõ, vous serez alors ravi de le retrouver dans notre dernier coup de coeur "Le nouveau".
Dans La maison où je suis mort autrefois, deux ex amants se retrouvent après de nombreuses années. La femme a repris contact avec l'homme car son père est décédé et lui a laissé une clef correspondant à une maison dont elle n'a aucun souvenir. Elle demande à cette homme de l'accompagner dans cette maison à la recherche de son passé. Une fois sur place, ils vont découvrir petit à petit divers éléments qui démontrent qu'un drame est survenu en ce lieu, et que la femme n'y serait pas étrangère.

Connaissez-vous Reiko Himekawa, l'héroïne de Honda Tetsuya ? Ce personnage n'a pas sa langue dans sa poche et a un flair incroyable, c'est pour cela qu'elle se démarque autant de ses coéquipiers masculins. Elle devient la seule officière de la division criminelle du département de la police de Tokyo. Avec son équipe, elle mène diverses enquêtes, nous menant dans les bas-fonds de la société japonaise. A travers son regard, c'est tout un pan de la société qui nous est dévoilé. Dans le premier tome, notre enquêtrice fera face à un serial-killer qui dissémine des corps ça et là. Dans le deuxième tome, une main sera retrouvée dans une camionnette, elle devra donc remonter les diverses pistes menant à l'identité de la victime tout en tentant de comprendre les arcanes du monde de la pègre et des assurances-vies. Dans le troisième tome, notre enquêtrice va s'intéresser au monde des yakuza tout en étant entraînée dans un jeu de séduction assez périlleux. Une série passionnante

Thriller
Nous n'avons pas souvent mis en avant l'autrice Natsuo Kirino et nous allons y remédier de ce pas ! Cette autrice est très connu au Japon et à l'international, elle a reçu de prestigieux prix comme le prix Edogawa-Ranpo ou encore le prix Naoki, pris desservi aux livres les plus populaires (souvent historique ou policier). L'un de ses romans, Out, est d'une qualité incroyable, la manière dont l'autrice présente ses personnages, installe l'intrigue petit à petit, fait monter la tension et soudain, tout s'enchaîne, on a l'impression d'avoir basculé dans un cauchemar, que toutes nos notions de bien et de mal se confondent. Nous suivons quatre femmes, toutes un peu esquintées par la vie, par les hommes. Elles travaillent à la chaîne dans une usine qui confectionne des bentos. Elles sont las, pas estimées par leur famille, par leur patron. Chaque chapitre est consacré à l'une de ses femmes (et d'autres personnages qui débarquent petit à petit). Un soir, l'une d'elle tue son mari. Par son action, tout le groupe va se retrouver lié à son geste. ce roman est captivant, addictif, et c'est un pavé que l'on savoure !

Science-fiction

L'Atelier Akatombo a lancé une collection dédiée à la SF qui comprend déjà trois titres. La machine à indifférence est un recueil de cinq nouvelles, et elle est la première anthologie de science-fiction japonaise traduite en français. Les auteurs de ces nouvelles ont tous des profils bien différents. On retrouve diverses thématiques : technologies malveillantes, expérience médicale, voyages dans le temps et réalité virtuelle. De quoi avoir une bonne initiation à la science-fiction made in Japan !

Érotisme

Langue de vipère est un roman érotique japonais écrit par Ayano Ukami. L'histoire prend place au cœur d'une maison ancestrale de joueurs de koto, la cithare traditionnelle japonaise. La maison est dirigée par deux sœurs Kyoka et Sayaka qui ne cessent de rivaliser à coup de plans machiavéliques. Elles sont tour à tour, bourreaux et victimes. Mais ne sont-elles pas finalement les victimes d'un perfide jeu de manipulation mis en place par deux hommes ? Il faut bien sûr aimer la littérature érotique et surtout aimer lire un scénario typique où la femme est soumise de nombreuses fois, souvent contre sa volonté. Toutefois l'écriture est très belle et sensuelle, les descriptions des sœurs sont très détaillées, on voit leurs vêtements, leurs mains glissaient sur leurs cithares, une goutte de sueur glissée le long de leur nuque, l'autrice parvient à nous faire rentrer dans son monde où les vipères ondulent et distillent leur terrible venin : celui de la jalousie.

- Laura