Vos achats

Votre panier est vide !

Vous n'étes pas identifié

Connexion
  

Newsletter

Envoyer
Au paradis
Coup de coeur du libraire
Une société qui se meurt ?
Vivre en tant que Coréen, de nos jours, c'est vraiment la galère. Quand on est jeune, on doit étudier avec acharnement, à en crever. Et quand on a fini ses études, il faut travailler avec acharnement, à en crever… Dans le passé on avait tout de même un espoir, par exemple s'enrichir, mais maintenant, on a même plus ça : on vit avec acharnement, à en crever, uniquement pour ne pas mourir. Est-ce que je pourrai moi-même vivre une vie correcte si je trouve un job après mes études ? Il faut déjà du fric pour se marier. Il en faut encore davantage pour avoir un enfant. Sans argent, tu es impuissant... C'est vraiment l'enfer ! Si tu es pauvre il ne reste qu'à crever tout seul, dans une solitude atroce. C'est ça la Corée aujourd'hui ! » (p.68-69)

L'importance de l'argent, un futur incertain et sans attrait, un ennui de vivre. Voilà ce qui ressort du discours de Kay, jeune étudiante sud-coréenne, lorsqu'elle parle de son pays à ses amis américains.  Ce discours surprend ses amis, tout comme les lecteurs, qui ne savent trop qu'en penser. Et pourtant, c'est le portrait réaliste de la société sud-coréenne aujourd'hui qu'a choisi de nous livrer l'auteur. 
Tout au long du livre, on découvre les histoires de tout un panel de jeunes adultes, tous différents et pourtant si semblables dans leur façon de voir la vie, tous un peu désabusés, dépendants de la consommation et de l'argent, des réseaux sociaux. L'individualisme explose dans cette société qui quelque part, en oublie son humanité. Dans certains passages, je me sentais proche de Kay et puis, au contraire, à d'autres moments j'avais envie de la secouer pour qu'elle enlève cet air blasé que lui imaginais, cette indifférence constante.
Mais ce n'est pas qu'elle, beaucoup des personnages sont désabusés, ils avaient espérés mais à chaque espoir entretenu, la déception est plus grande encore. Ils rentrent alors dans une habitude à la déception. Une sorte de moyen de se protéger peut-être ?
Les thèmes abordés, bien que difficiles, m'ont permis de réfléchir à mon propre regard sur la société, à notre égoïsme grandissant et à la futilité de certaines choses, telles que l'apparence, les réseaux sociaux, etc.  
Sociologiquement parlant, c'est un livre très intéressant dont la lecture, plutôt rapide, est très fluide. De plus, quelques aspects de l'histoire de la Corée du Sud des années 80-90 sont rapidement abordés, ce que j'ai bien apprécié. Un livre que je recommanderais à tous ceux qui veulent un regard franc sur la société sud-coréenne d'aujourd'hui, sans déguisements. Bien que difficile de par ses thèmes, cette lecture est très enrichissante.

«  Un monde est en train de voler en éclat – et c'est justement dans monde là que se trouvait Kay. » (p.109)

Résumé
Disponible dans sa version originale ICI.

Kay, Coréenne de passage aux Etats-Unis, découvre la vie new-yorkaise en compagnie de sa séduisante amie Summer et son petit ami Dan, deux jeunes amateurs de soirées festives et de lieux branchés — un milieu plutôt aisé. De rencontres en nuits blanches où l'alcool coule à flots et la drogue s'invite parfois, le trio mène une vie insouciante. Mais le rêve prend fin lorsque Kay doit rentrer en Corée et renouer avec la réalité de sa vie quotidienne.
Le lecteur va la suivre dans ses rencontres américaines et coréennes, ses petites joies et ses désillusions. L'attrait du roman réside dans l'analyse sociologique fine qui infuse l'histoire. Le milieu social de chaque individu est décortiqué, comme le sont son parcours personnel, ses choix de vie. Certains passages prennent la forme d'un pamphlet où l'auteur, dans un discours assumé, n'hésite pas à " démonter " ses personnages, dénoncer leur travers ou, plus précisément, ce qui dans la société les broie.
Un récit de facture réaliste où les dialogues, souvent durs et sans détour, collent à la situation realistico-actuelle des jeunes locuteurs.

A propos de l'auteur

Née en 1984, Kim Apple commence sa carrière d'écrivain en 2005 en parallèle de ses études en sciences sociales. Son oeuvre est généralement présentée comme un révélateur des travers de notre société, des fractures entre générations. Agée d'une trentaine d'années, l'auteur excelle à décrire la vie de jeunes adultes, leur rage de vivre, leur indifférence, leur incompréhension du monde qui se traduit par une violence exacerbée, parfois jusqu'au meurtre.

> Voir tous les titres Dans notre sélection Romans en langue originale et leur traduction