Vos achats

Votre panier est vide !

Vous n'étes pas identifié

Connexion
  

Newsletter

Envoyer
Ecrits de la maison des rats

Ecrits de la maison des rats

Auteur

LAO She - 老舍

Traducteur

PAYEN Claude


Editeur

Philippe Picquier

6,50 €

Indisponible pour le moment Quand ce titre sera-t-il disponible ?

Paru le : 01 Mars 2016
Pages : 160
EAN 13 : 9782809711691

Coup de coeur du libraire
Écrits au fil de la plume
Si vous l'avez raté en grand format, la sortie en format poche de Ecrits de la maison des rats vous permettra de redécouvrir le célèbre écrivain chinois moderne, Lao She (老舍). Ce recueil propose une sélection d' « écrits au fil de la plume » (随笔) parus dans des revues et journaux littéraires entre 1934 et 1959, traduits par Claude Payen et publiés en 2010 par les éditions Philippe Picquier.

Rédigés à la 1ère personne à la manière d'un journal, ces réflexions très personnelles nous amènent à songer à nos propres choix de vie, tout en nous plongeant dans le quotidien d'un intellectuel chinois au début du XXe siècle.

Quelques extraits pour attiser votre curiosité :

« Quand j'habitais à Pékin ou Qingdao, je ne me suis jamais demandé où j'aimerais vivre. En effet, quand on habite au paradis, on ne rêve pas d'un autre paradis. Pendant la guerre de résistance anti-japonaise, j'ai vécu six ans à Chongqing et dans ses environs. Au cours de ce séjour, rendu pénible par la canicule, le brouillard et les déplorables conditions de logement, j'ai rêvé, imaginant l'endroit où j'aimerais vivre quand nous aurions gagné la guerre. » (p. 9)

« Pour devenir poètes, il faut être possédé. On ne peut être poète qu'en risquant sa vie pour le salut de la vérité, de la beauté et du bonheur. Si tu ne vois que ce qui est devant ton nez et possèdes un coeur de petite souris, alors restes-en là. Veux-tu toujours jeter la pierre au poète, ou veux-tu devenir poète ? » (p. 122)

« Etant un vrai Chinois, je n'aime ni le café, ni le cacao, ni la limonade, ni la bière. Je n'aime que le thé. Quand j'ai devant mois un petit bol de thé de qualité, je peux considérer le monde avec sérénité. » (p. 59)
Résumé
Dans ces courts textes, publiés entre 1934 et 1959, Lao She « brosse, sur le mode autobiographique, une sorte de manuel de survie non dénué d'humour ou de cette politesse du désespoir qu'est l'autodérision… Entre le catalogue de bonnes résolutions et des réflexions drolatiques sur sa modeste condition, l'auteur, qui vécut et mourut sans grand bruit, était l'inverse de cette définition extraite de l'un de ses livres : Les personnes insignifiantes aiment que leurs actes soient bruyants. Discret mais indispensable (La Nouvelle Vie ouvrière)

Sommaire :

Dur, dur d'écrire son autobiographie
Un rêve d'habitation
Ma famille idéale
Une petite renaissance, un chapitre de l'autobiographie
Ma mère
Maître Zongyue
Nostalgie de Pékin
Écrits de la maison des rats
La lecture
La littérature et la menuiserie
Etre débordé
Seules les immortels peuvent passer le concours
Une grande sagesse d'un air idiot
Quand on a des enfants
Les poètes
Deux notes d'été

> Voir tous les titres Dans notre sélection Nouveautés et réimpressions des éditions Philippe Picquier

> Voir tous les titres Dans notre sélection La Chine des années 30 dans la littérature