Vos achats

Votre panier est vide !

Vous n'étes pas identifié

Connexion
  

Newsletter

Envoyer
Guillaume Dégé : un grain de moutarde

Guillaume Dégé : un grain de moutarde

Auteur

Hergott Fabrice

Schmidlin Laurence

Carreyn Julien

Ye Xin


Editeur

Sémiose éditions

25,00 €

En stock Ajouter au panier

Paru le : 01 Septembre 2020
Pages : 120
EAN 13 : 9782377390342

Coup de coeur du libraire
Gros coup de cœur pour la très belle monographie consacrée à Guillaume Dégé « Un grain de moutarde », « A mustard seed », «芥园一籽 », éditée aux Editions Sémiose.
On y découvre que Guillaume Dégé a plusieurs vies. A travers les écrits des quatre auteurs, Fabrice Hergott, Laurence Schmidlin, Julien Carreyn, Ye Xin, on apprend en effet que la vie de Guillaume Dégé est une vie traversée par la Chine, alimentée par la joie de la collection et de l'assemblage, et rythmée par celle de la transmission, projet d'édition, enseignement… Ainsi, la vie de Guillaume Dégé semble enrichie de mille choses, plus ou moins proches, plus ou moins lointaines.

C'est cette richesse qui est proposée au lecteur à travers le très bel ensemble d'œuvres recueillies dans ce catalogue. Un ensemble fait de dessins qui ont la particularité de nous projeter dans un monde savamment coloré et dont les formes tantôt moles tantôt dures sont greffées parfois, à des illustrations sorties d'une vaste collection d'images d'un temps plus ancien.

Guillaume Dégé fait en effet partie de ceux qui avec brillo expérimente le dessin. Après être passé par l'illustration dont il conserve le piquant et l'humour, il propose par le biais du dessin, du collage, des paysages étranges, d'étonnantes saynètes, mettant incontestablement celui qui les observe dans de drôles de dispositions.  Ce qu'il propose, des images et un imaginaire singuliers, invitent à s'y poser, à s'y attarder, sachant qu'il sera possible de voler ensuite vers d'autres formes, vers d'autres combinaisons.

Il y a aussi la qualité de ces dessins, leur précision et le soin apporté aux supports - papiers anciens, papiers chinois - qui semblent là rejoindre une pensée de l'économie, du geste juste, propre à la pratique traditionnelle du dessin et de la peinture en Chine. Il se pourrait que l'on retrouve également dans ces dessins la beauté des poèmes et l'extrême richesse de la pensée, en Chine toujours.

«Un grain de moutarde » Jiezi yuan hua zhuan (ou « Les Enseignements de la Peinture du Jardin grand comme un grain de moutarde ») ne fait-il pas d'ailleurs référence à une formidable encyclopédie de la peinture chinoise ? Traduit partiellement en français par Raphaël Petrucci au début du vingtième siècle et par Edouard Chavannes ensuite, ce traité fondamental rassemble les lois les plus anciennes de l'esthétique en Extrême-Orient à travers les instructions et les exemples des plus grands maîtres et écoles. La richesse de ses éléments tant sur le plan philosophique, historique ou technique en font un ouvrage d'une importance capitale pour ceux qui s'intéresse à la peinture en Chine. Et les dessins de Guillaume Dégé, semblent en effet imprégnés de cette façon de peindre la nature, les paysages, les roches, les fleurs, issus de ces principes traditionnels et intemporels. 
Quoi qu'il en soit, il est vivement et chaleureusement conseillé de s'y plonger et/ou de s'y perdre !

Elodie
Résumé
« Les œuvres de Guillaume Dégé sont autant de petits pièges blessants et imprévisibles, faits de mèches tordues plus ou moins courtes qui vous explosent dans les mains avant d'atteindre les yeux. Il est devenu l'artiste d'une nouvelle classification, le diable d'une nouvelle vérité des choses. C'est un genre qu'il a inventé et dans lequel il sera difficile de faire mieux. » —Fabrice Hergott

Guillaume Dégé, né en 1967, fait sans conteste partie de la constellation des artistes graphiques qui participent d'une tendance spécifique du dessin contemporain. Du domaine de l'illustration, il a conservé le principe d'économie de la page et du dessin. La clarté de la pensée et la propreté du geste ressortent immédiatement sur le papier. Il n'y a cependant plus de texte. "En tant qu'artiste, je ne sais pas raconter les histoires et je ne crois pas au storytelling. Je crois à la manière." Aucune page à tourner non plus. Le dessin de Dégé peut enfin être seul, en majesté sur son support. Inventions fantasmées à partir d'images prélevées dans le réel, ses dessins forment des sortes d'extensions oniriques à des images issues de la culture populaire. L'artiste dispose d'une vaste bibliothèque d'images qui nourrit sa pratique du dessin et s'invite sur le papier par le biais du collage. La gravure ancienne s'unit au crayon de couleur pour former des cadavres exquis surréalisants : cheval au corps de fleur, religieux fécondés par l'aquarelle, oiseaux affublés de nez ou de sexe. Ses oeuvres sont des vandalismes proférés au nom de l'imaginaire par une couleur tendre, capables de changer les rochers en vagues ou en flammes.

Illustrateur avant d'être artiste, Guillaume Dégé a été un collaborateur régulier du journal Le Monde dans les années 1990-2000. Enseignant à la HEAR de Strasbourg durant de nombreuses années, nommé en 2019 à l'Ecole des arts décoratifs de Paris, il est également le co-fondateur, avec Daniel Vincent, de la maison d'édition Les 4 mers.

Alors que Guillaume Dégé a publié de nombreux albums et livres d'artistes - près de trente ! - au Seuil ou chez Gallimard entre autres, il n'a jamais bénéficié d'une monographie solide et sérieuse. Trilingue français, anglais et chinois, et accompagnée des contributions d'historiens de l'art reconnus, cette publication entend combler cette lacune et brosser un large panorama de la pratique artistique de Guillaume Dégé.

> Voir tous les titres Dans notre sélection Regard sur l'art contemporain en Asie