Vos achats

Votre panier est vide !

Vous n'étes pas identifié

Connexion
  

Newsletter

Envoyer
Je mange bien, ne t'en fais pas - Quatre récits de coeur et de cuisine

Je mange bien, ne t'en fais pas - Quatre récits de coeur et de cuisine

Co-auteur

Areno Inoue

KAKUTA Mitsuyo

Mori Eto

EKUNI Kaori

20,00 €

En stock Ajouter au panier

Paru le : 01 Octobre 2021
Pages : 240
EAN 13 : 9782809715583

Coup de coeur du libraire
Je mange bien, ne t'en fais pas est le deuxième ouvrage de la collection le Banquet aux éditions Philippe Picquier. Ryoko Sekiguchi y fait une courte présentation de la collection et laisse ensuite la parole au chef cuisinier Armand Arnal qui évoque son amour d'un ingrédient clef de sa région : le fenouil. de quoi nous mettre en bouche !
4 nouvelles, 4 actrices et 4 régions géographiques se partagent le recueil. Dans chaque nouvelle, la famille, l'amour est au coeur de l'histoire, la cuisine est ce qui lie les personnages, ce qui guérit, ce qui rassemble, ce qu'on donne en héritage, ce qui rend heureux. Quand on lit ces nouvelles, on a l'impression de partager les repas évoqués dans les textes, de savourer les mets aux côtés de personnages touchants. le gros plus de ce recueil est que chaque nouvelle se passe en-dehors du Japon, chose assez rare dans la littérature japonaise (en tout cas la littérature traduite). La cuisine et les autrices permettent cette évasion hors de l'archipel, direction le Pays Basque, la Bretagne, le Piémont italien et l'Alentejo au Portugal.

Les nouvelles sont empreintes d'humour, de pudeur, d'une grande sensibilité. A la fin de ce recueil, on n'a plus que jamais envie de partager un bon repas avec ses proches.

- Laura
Résumé
Joie, tristesse, amertume, soulagement... nous ne ressentons pas les émotions, nous les goûtons. Nous les déposons sur la table autour de laquelle nous nous asseyons, et nous les partageons. Quatre écrivaines japonaises mettent en scène l'Europe – le Pays basque, la Bretagne, le Piémont italien, l'Alentejo au Portugal – et ses plats. Quatre variations autour de la nourriture où le minestrone, les galettes de blé noir ou le pão de ló deviennent des lieux de mémoire et de réconciliation. Dans ces nouvelles, les plats disent de nous ce que les mots ne peuvent pas dire. Les drames – mort d'une mère, d'un mari, disparition d'une sœur, jalousie amoureuse – se nouent et se dénouent autour d'un repas partagé. Car ce que l'on partage lorsque l'on mange ensemble, ce n'est pas de la nourriture mais de l'amour.