Vos achats

Votre panier est vide !

Vous n'étes pas identifié

Connexion
  

Newsletter

Envoyer
La papeterie Tsubaki

La papeterie Tsubaki

Auteur

OGAWA Ito - 小川 糸

Traducteur

Dartois-Ako Myriam


Editeur

Philippe Picquier

9,00 €

En stock Ajouter au panier

Paru le : 03 Juin 2021
Pages : 402
EAN 13 : 9782809715491

Coup de coeur du libraire
Ogawa Ito nous offre de nouveau un vrai petit bijou de délicatesse et de poésie.
Les éditions Philippe Picquier ont particulièrement soigné la présentation de ce nouveau roman. le thème principal étant l'écriture et le métier d'écrivain public, ils ont adopté un style de typographie très agréable, de plus, le fait d'avoir les lettres calligraphiées en japonais est un plus qui nous plonge plus profondément dans le thème.

Le personnage principal est très touchant. L'auteur développe de nouveau les relations familiales, cette fois-ci elle aborde la relation grand-mère/petite fille. On ressent très bien le regret d'Hatoko de n'avoir pas assez montré son affection à sa grand-mère qui l'a élevée. Elle s'attache d'autant plus à réussir dans la profession qu'elle lui a transmise. Il est très touchant de voir les relations évoluées entre les différentes personnes du quartier, et on a l'occasion de côtoyer des personnages hauts en couleur.

A travers son métier d'écrivain public, on découvre d'autres facettes de la culture japonaise et surtout en quoi consiste ce métier. Il est fascinant d'apprendre quel type de papier ou quel type de crayon doit être utilisé pour tel type de missive.

Une lecture très agréable !

- Laura
Résumé
Hatoko a vingt-cinq ans et la voici de retour à Kamakura, dans la petite papeterie que lui a léguée sa grand-mère. Le moment est venu pour elle de faire ses premiers pas comme écrivain public, car cette grand-mère, une femme exigeante et sévère, lui a enseigné l'art difficile d'écrire pour les autres. Le choix des mots, mais aussi la calligraphie, le papier, l'encre, l'enveloppe, le timbre, tout est important dans une lettre.
Hatoko répond aux souhaits même les plus surprenants de ceux qui viennent la voir : elle calligraphie des cartes de voeux, rédige un mot de condoléances pour le décès d'un singe, des lettres d'adieu aussi bien que d'amour. A toutes les exigences elle se plie avec bonheur, pour résoudre un conflit, apaiser un chagrin. Et c'est ainsi que, grâce à son talent, la papeterie Tsubaki devient bientôt un lieu de partage avec les autres et le théâtre des réconciliations inattendues.