Vos achats

Votre panier est vide !

Vous n'étes pas identifié

Connexion
  

Newsletter

Envoyer
La vertu des steppes : Petite révérence à la vie nomade

La vertu des steppes : Petite révérence à la vie nomade

Auteur

ALAUX Marc


Editeur

Transboréal

8,00 €

En stock Ajouter au panier

Paru le : 01 Octobre 2015
Pages : 96
EAN 13 : 9782361571030

Résumé
Les paysages de steppe se déroulant à l'infini suscitent un incomparable sentiment de liberté et des rêves de nature pure et puissante. Le mode de vie des nomades turco-mongols, qui transcende les frontières et les langues, éveille autant de fantasmes. Ces sociétés équestres millénaires développent des caractéristiques communes comme la générosité et l'hospitalité, l'admiration de la nature, l'amour de la poésie et du chant, dont la découverte offre au voyageur l'occasion d'une remise en question. C'est au même exercice vertigineux que conduit un plongeon dans l'océan des steppes, monotones et primitives mais ô combien grandioses : solitude, distances immenses, manque d'eau, absence d'abri développent l'humilité. Un paysage à l'aune du bétail, selon l'éleveur, mais qui parle d'autant plus de Dieu au voyageur que rien n'y rappelle l'homme. La vertu des steppes se révèle au preux capable d'oublier la morsure du soleil, de la bise et de la neige pour apprécier le parfum de l'armoise chargée de rosée ou le thé offert sous la yourte en hiver, pour restaurer un lien avec la nature et développer le sens du partage.

A propos de l'auteur
Né à Saint-Mandé en 1976, Marc Alaux grandit dans les quartiers populaires du nord-est de Paris et déménage au gré des mutations de son père officier de gendarmerie. Accompagner ses parents dans leurs séjours à travers le Bassin méditerranéen fait éclore chez lui, dès l'âge de 7 ans, un intérêt marqué pour le patrimoine et l'histoire, dont la découverte devient, outre un plaisir instructif, la fuite d'une réalité urbaine décourageante. À partir de 16 ans, il met à profit ses vacances pour s'initier au monde du travail et participer à l'étude du passé sur une quinzaine de chantiers de fouilles. Il emploie en effet ses étés à mettre au jour, dessiner puis photographier des vestiges, accomplir des relevés topographiques, assister des géologues et des géomètres. Durant l'année scolaire, ses soirées et week-ends sont quant à eux consacrés à l'apprentissage du nin-jutsu, art martial japonais auquel il s'initie durant sept ans et dans lequel il obtient une ceinture noire. Après un baccalauréat littéraire, il s'engage dans des études d'archéologie, et c'est à ce titre qu'il effectue son service militaire dans l'équipe de fouilles du Service historique de l'armée de terre, au château de Vincennes. Mais, ayant décidé d'interrompre sa maîtrise sur les enceintes urbaines de l'Antiquité tardive en Gaule, il occupe divers emplois pour rassembler les fonds nécessaires au voyage à travers la Mongolie qu'il projette depuis deux années.

D'avril à octobre 2001, en compagnie de son ami d'enfance Laurent Barroo, Marc Alaux parcourt ainsi à pied les principaux écosystèmes du plateau mongol : steppes, Gobi, khangai. Une traversée d'est en ouest qui lui fait découvrir sur 2 300 kilomètres la langue et les mœurs de l'ethnie majoritaire khalkha. De février à avril 2003, en cheminant seul sur le versant occidental du massif du Khentii, de la frontière bouriate à Oulan-Bator, il se familiarise avec l'imprévisible printemps mongol. D'avril à octobre 2004, à nouveau en compagnie de Laurent Barroo, il arpente sur 2 300 kilomètres les confins montagneux du nord-ouest du pays. Cette nouvelle marche de six mois les instruit sur la mosaïque ethnique de l'Altaï, du Khan-Khöökhi et des Sayan. Suivent quatre autres voyages de trois mois chacun : en 2006, il marche sur les pentes orientales du Khentii ; à l'été 2009, il renoue à pied avec les marges que sont l'Altaï et le Dornod ; il profite ensuite du cœur de l'hiver 2012-2013 pour suivre des cours de langue mongole à Oulan-Bator, et s'apprête à séjourner chez des éleveurs nomades de décembre 2015 à février 2016.

Entre chacun de ses séjours au pays du Ciel bleu, Marc Alaux, salarié de Transboréal, consacre tout son temps libre, depuis ses quartiers montrougiens, à l'étude des steppes d'Asie centrale et de Haute-Asie. Il donne régulièrement des conférences, participe à l'organisation d'événements culturels en rapport avec la Mongolie, s'investit dans le milieu associatif et publie des articles sur l'économie, l'histoire et la culture mongoles.


> Voir tous les titres Dans notre sélection La nature : un protagoniste à part entière ?