Vos achats

Votre panier est vide !

Vous n'étes pas identifié

Connexion
  

Newsletter

Envoyer
Le K ne se prononce pas

15,00 €

En stock Ajouter au panier

Paru le : 02 Septembre 2021
Pages : 136
EAN 13 : 9782897127640

Coup de coeur du libraire
Des rêves à porter de nos mains
Encore une fois, un titre qui me prouve à quel point l'art d'écrire de la nouvelle peut être compliqué mais d'une puissance inégalée. Souvankham Thammavongsa, autrice laotienne vivant au Canada nous offre quatorze textes courts, épisodes des vies abîmées, brisées, découpées mais aussi volontaires et résistantes de laotiens qu'on comprend émigrés dans un pays occidental, sans doute le Canada en écho à l'expérience personnelle de l'autrice.

Chaque expérience sonne si juste. Chaque émotion et sentiment, qu'ils soient la fatigue, la peur, la solitude, la fierté, raisonne comme une expérience vécue et passe directement au cœur du lecteur. Ressentir aussi vivement l'amour d'une petite fille envers son père et son désir de le protéger, les espoirs d'un ancien boxeur, le désir d'une femme plus âgée, les attentes d'une jeune femme bafouées par l'hypocrisie et l'amertume de la société est difficile et désagréable. Mais la poésie, la force et l'empathie de l'autrice ne pourront laisser personne indifférent.

Et sans autres possibilités, nous autres lecteurs entrons au diapason avec les acteurs de ces histoires, leurs expériences et leurs désir de rêver, car rêver, "c'est un sentiment agréable. Je sais que je n'ai aucune chance, mais ça me permet de passer au travers. De me rendre à tout à l'heure, de me rendre à demain. Ne viens pas me rappeler quels rêves un homme comme moi doit avoir. Je veux avoir droit à mes rêves."

- Clémence
Résumé
Une fillette à l'école prononce obstinément le k muet du mot knife. Un ancien boxeur se convertit en pédicure. Une femme rêve de téléromans en plumant des poulets. Un père emballe des meubles destinés à des maisons qu'il n'habitera jamais. Le K ne se prononce pas accueille les utopies, échecs, amours et petits actes de résistance des errants et réfugiés, qui tentent de trouver leurs repères, loin de chez eux ; ces ouvriers essentiels fouillent le bas-ventre du monde.
On y croise des enfants bienveillants, des hommes blessés et des femmes fébriles. Ils désirent vivre. Et dans ces récits, ils vivent brillamment. Férocement.

> Voir tous les titres Dans notre sélection L'Asie du Sud-Est vu par sa diaspora