Vos achats

Votre panier est vide !

Vous n'étes pas identifié

Connexion
  

Newsletter

Envoyer
Quand je te frappe

Quand je te frappe

Auteur

KANDASAMY Meena


Editeur

Actes Sud

22,00 €

En stock Ajouter au panier

Paru le : 01 Mars 2020
Pages : 252
EAN 13 : 9782330133993

Coup de coeur du libraire
"Certaines limites ont été franchies, d'autres redéfinies. D'autres encore sont devenues des frontières surveillées par une armée en poste sur toute leur longueur. J'en ai perdues quelques-unes, j'en ai appris d'autres."
Ce roman m'a laissé une forte impression.

C'est une autofiction où la narratrice se confond avec l'auteure, où la frontière entre la fiction et la réalité se trouble.

La narratrice est une jeune écrivaine, une femme libre qui a fait des études, a connu des amourettes et eu le coeur brisé. Elle rencontre un professeur d'université qui a les mêmes idéaux qu'elle, ils se marient très vite. Elle part vivre avec lui. Son mariage s'annonce heureux : mêmes idéaux, tous les deux intellectuels....Et pourtant elle déchante vite.

Son mari se révèle être un pervers narcissique, un extrémiste qui détourne certains principes du communisme pour entraver le moindre de ses mouvements et justifier son comportement. Contrôle de sa boîte mail, enfermement, couper tous ses liens avec ses proches....la battre....la violer. Elle n'échappe à aucune violence, aucun sévice.

Elle décide alors de remplir pleinement sa condition d'écrivaine, d'observer dans le moindre détail sa vie, de tout photographier mentalement. Une fois enfuie, elle choisira d'écrire son histoire, elle ne laissera pas les autres parler pour elle, mettre tel souvenir en avant au point qu'il résume ses années de violence. Elle écrit son histoire avec ses mots et son humour. Car oui on rigole en lisant certaines phrases. L'auteure parvient à utiliser avec beaucoup de talent la dérision, l'ironie pour narrer son histoire.

L'auteure expose tout : la réaction de ses parents quand ils apprennent la violence dont elle est victime (c'est normal, c'est le début du mariage, ne lui donne pas de raisons pour te battre), le fameux "mais tu aurais pu t'enfuir !" ou l'incontournable "pas de nouvelle bonne nouvelle", ses nombreux viols, ce qu'elle a ressenti....

C'est un récit brut, violent mais nécessaire que nous livre Meena Kandasamy.

- Laura
Résumé
Alors qu'elle se remettait d'une déception amoureuse, la narratrice, prise entre ses aspirations et les attentes de ses parents, s'est quelque peu précipitée dans le mariage. L'heureux élu est un brillant universitaire, un admirable militant — l'homme idéal ? Mais la jeune femme déchante vite, confinée dans sa maison à Mangalore, loin de sa famille, de ses amis. C'est d'abord ses habitudes que son mari entreprend de réformer : il Faut qu'elle case de passer tant de temps sur interner, sur sa boîte mail, sur les réseaux sociaux — et puis, finalement, sur son ordinateur.
Pour elle qui vit de son écriture, c'est presque un arrêt de mort. Il Faut qu'elle devienne une parfaite femme du peuple, qu'elle assimile et incarne la doctrine marxiste. Et surtout, surtout, qu'elle respecte son époux et se conforme en tout point à ses désirs. Cet "endoctrinement" passe par la violence, qui emprunte toutes les ramifications possibles, plus perverses les unes que les autres. Pour ne pas sombrer, la narratrice lutte, elle écrit dans sa tête, imaginant comment raconter son histoire, cherchant la moindre Faille.
Peu à peu, elle invente un stratagème afin de s'en sortir, de garder le contrôle de sa propre vie. De ne pas disparaître. Porté par une voix puissante, ce récit de survie polymorphe, étonnamment lumineux, offre un éclairage salutaire sur les violences faites aux femmes, en Inde et dans le monde. Créant une tonalité singulière, à la fois intime et littéraire, l'auteur décortique avec rage et brio le mécanisme de défense inaltérable que constitue le rapport à la fiction.