Vos achats

Votre panier est vide !

Vous n'étes pas identifié

Connexion
  

Newsletter

Envoyer
Un chant céleste

6,50 €

En stock Ajouter au panier

Paru le : 01 Janvier 2019
Pages : 112
EAN 13 : 9782809713947

Coup de coeur du libraire
Le chant du cygne

« L'univers était parfum d'automne.
Un automne profond, dont le temps était venu. Dans les monts flottait une odeur sucrée de maïs, si dense qu'elle prenait à la gorge. Sur les auvents des maisons, aux pointes des herbes, et dans la chevelure de ceux qui travaillaient aux champs, partout elle accrochait son jaune, ruisselant à gouttes que veux-tu, chatoyant d'un éclat d'agate à illuminer un village. »


Voici les premières lignes du  roman de Yan Lianke datant de 1998 et traduit cette année aux éditions Picquier.
On y retrouve le style flamboyant de l'auteur qui sait si bien retranscrire et magnifier les ambiances des régions dans lesquelles se déroulent ses histoires. Il s'agit ici du village des monts Balou, « zone montagneuse de son Henan natal où Yan Lianke a situé nombre de ses écrits »*, comme le rappelle Brigitte Duzan.

Ça sent la terre, la sueur, le pain qui vient tout juste de cuire ; on est ébloui par un soleil à la lumière vibrante et dorée, brûlé par ses rayons ardents. Ce court roman est traversé par un souffle exaltant :

« Puis brusquement, d'un coup, elle ouvrit la bouche et comme trente ans plus tôt quand elle s'était mariée au village des You, à pleine gorge, à pleins poumons elle se mit à chanter :
Tête haute jeune fille !
Car tu es ici chez toi.
De gamine te voici dame,
Comme les autres femmes désormais diras :
-Hé, la Xiao Lian, vient me masser les pieds !

Sa voix peu à peu prit de l'ampleur, du gris pâle elle vira au blanc éclatant et quand elle entonna la dernière phrase -«Hé, la Xiao Lian, vient me masser les pieds ! »-, elle ne chantait plus, elle criait, elle hurlait. Le village en fut arraché à son sommeil. C'était un rugissement cramoisi, comme un torrent de pluie il battait l'univers, l'immensité muette des monts qu'il faisait océan. Quelques molosses jaillirent pour aboyer à fendre l'âme de par les rues. Des portes s'ouvrirent, des têtes se faufilèrent par l'entrebâillure. Au milieu du concert des chiens, un coq à l'ouest se mit soudain à coqueriquer. Les bœufs qui dormaient se relevèrent dans les étables. Les paysans furent arrachés tremblants à leurs rêves, le nouveau-né poussait des cris aigus dont le bruit, après s'être glissé sous la porte, s'écoula lentement par la chaussée vers la campagne.
»

De cette écriture puissante surgit le fantastique de manière naturelle, cette nouvelle est d'ailleurs le point de départ de ce que l'auteur appelle le « mythoréalisme ». On ne s'étonnera pas de voir You Sipo, mère élevant seule ses quatre enfants « idiots », discuter avec son défunt mari ou guérir ses enfants avec une décoction d'os. Humour noir et truculence côtoient poésie et moments de grâce. C'est avant tout aussi une histoire d'amour inconditionnel.

Un chant céleste est à découvrir dans la superbe traduction de Sylvie Gentil, grande traductrice de littérature chinoise contemporaine. Nous lui rendons hommage cette semaine, elle qui a su retranscrire toute la puissance et la beauté d'écriture de Yan Lianke et largement contribué à le faire connaître aux lecteurs français.

*Chinese-shortstories
Résumé
You Sipo, qui était arrivée au village des monts Balou en chantant un air d'opéra, est désormais silencieuse. Elle a trop à faire pour élever seule ses quatre enfants, victimes d'un mal mystérieux. Yan Lianke retrouve la puissance du chant qui éclatait dans Lés jours, les mois, les années, pour conter l'histoire profondément poignante d'une mère prête à donner sa vie pour sauver ses enfants de la maladie.
C'est un conte mystérieux et déchirant sur l'amour maternel, écrit dans une langue qui a la senteur amère des graminées sauvages, tumultueuse comme l'eau qui court, opulente comme un champ de maïs d'automne gorgé de lumière. Tout y est improbable, pourtant tout y est vrai, terriblement vrai.

> Voir tous les titres Dans notre sélection Les éditions Philippe Picquier célèbrent le Nouvel an chinois

> Voir tous les titres Dans notre sélection La ruralité en littérature