Vos achats

Votre panier est vide !

Vous n'étes pas identifié

Connexion
  

Newsletter

Envoyer
Vide et plein, le langage pictural chinois

Vide et plein, le langage pictural chinois

Auteur

CHENG François - 程抱一


Editeur

Points

Résumé
Quatrième de couverture
L'objet que se donne la peinture chinoise est de créer un microcosme, "plus vrai que la Nature elle-même" (Tsung Ping): ceci ne s'obtient qu'en restituant les souffles vitaux qui animent l'Univers; aussi le peintre cherche-t-il à capter les lignes internes des choses et à fixer les relations qu'elles entretiennent entre elles: d'où l'importance du trait.
Mais ces lignes de forces ne peuvent s'incarner que sur un fond qui est le Vide: "Dans la peinture comme dans l'Univers, sans le Vide, les souffles ne circuleraient pas, le Yin-Yang n'opérerait pas". Il faut donc réaliser le Vide sur la toile, entre les éléments et dans le trait lui-même. C'est autour de ce Vide que s'organisent toutes les autres notions de la peinture chinoise; celles-ci forment un système signifiant auquel François Cheng est le premier à appliquer ici une analyse sémiologique.
Mais le commentaire, loin d'écraser son objet, le fait au contraire resplendir à travers d'amples citations, des reproductions, et surtout l'étude du peintre Shih-t'ao.

> Voir tous les titres Dans notre sélection François Cheng

> Voir tous les titres Dans notre sélection Pour une meilleure compréhension de la peinture chinoise

> Voir tous les titres Dans notre sélection Immersion dans l'art contemporain du côté de l'Asie !