Vos achats

Votre panier est vide !

Vous n'étes pas identifié

Connexion
  

Newsletter

Envoyer
La guerre de l'opium (1839-1842)

La guerre de l'opium (1839-1842)

Auteur

LOVELL Julia

Traducteur

ROQUES Stéphane


Editeur

Buchet-Chastel

27,00 €

En stock Ajouter au panier

Paru le : 13 Avril 2017
Pages : 577
EAN 13 : 9782283028193

Résumé
Selon l'histoire officielle chinoise contemporaine, la guerre de l'opium fut le "péché originel" de l'impérialisme occidental en Asie, qui aurait plongé la Chine dans un siècle d'humiliations, de conquêtes et d'exploitation. Côté anglais, au contraire, on justifie le conflit en prétendant avoir permis – certes par la force – à un empire xénophobe et replié sur lui-même de s'ouvrir sur le reste du monde… Face à ces positions idéologiques sans nuances, l'ouvrage de Julia Lovell s'impose comme une entreprise de déconstruction des clichés et montre que chaque camp était mû, plus que par des considérations stratégiques et commerciales, par des stéréotypes racistes tenaces.

Cet essai décrit la guerre comme une "tragi-comédie". La dimension tragique réside dans les faits : l'opium, depuis le début du xixe, était importé d'Inde orientale jusqu'en Chine. Dans les années 1830, soucieux de l'effet produit par la drogue sur la population et l'économie, l'empereur décide de faire barrage à l'importation. Il fit détruire de très grandes quantités d'opium et bloqua les navires britanniques dans le port de Canton.
Mais ce blocage fut perçu par les Anglais comme une insulte à la Couronne. La technologie anglaise, très supérieure aux armements chinois, eut tôt fait d'écraser les défenses chinoises et après trois années de guerres côtières meurtrières, la guerre prit fin avec le Traité de Nanjing, qui céda Hong Kong aux Britanniques et ouvrit le commerce en Chine. La comédie commence par les personnages… et les principaux acteurs de la guerre de l'opium, du côté anglais comme du côté chinois, ne manquent pas de sel.

Lovell en fait un portrait acide et drôle, émaillé d'anecdotes qui nous rendent familière cette guerre mal connue. Lovell a réussi le pari d'un ouvrage tout à la fois érudit et documenté, riche de références précises, et d'un livre assez grand public, parfaitement accessible aux non-historiens.

A propos de l'auteur
Julia Lovell, née en 1975, enseigne l'histoire contemporaine et la littérature chinoises à l'université de Birkbeck, à Londres. Elle est également traductrice littéraire du chinois. Elle a publié plusieurs essais sur la Chine contemporaine ; sa Guerre de l'opium, parue en 2011 en Grande-Bretagne, a reçu un très bon accueil critique et a obtenu en 2012 le prix de la Fondation Jan Michalski.